Aller au contenu

Différemment capable

Photo : Gilles Froger

« Ma vie sans bal », conférence dansée, met en scène deux danseurs, dont l’un est en fauteuil roulant. Ce mardi 12 avril à la salle des fêtes d’Azay-le-Ferron, Eric Languet et Wilson Payet de la Compagnie « Danse en l’R » ont livré en mots et en mouvements, une vision humaniste de leur discipline. La danse intégrante, pratique de la danse sans exclusive.

« Wilson, comme d’habitude a pris un peu de retard. Il ne va pas tarder ». Eric Languet entame la conférence dansée. Devant lui, une petite table où il a disposé quelques feuilles et à ses côtés, un fauteuil roulant. Il commence à expliquer la genèse de leur projet artistique. Tandis qu’il poursuit son propos, Wilson apparaît, rampant, privé apparemment de ses membres. Il progresse péniblement, traverse l’espace scénique, puis fait jaillir ses bras et ses deux jambes atrophiées. Il se dirige vers le fauteuil qu’il désosse et expédie au fond de la salle, comme pour se libérer du symbole de son handicap. Progressivement, il enchaîne les mouvements. Eric le rejoint. La danse les unit. Ils se rencontrent, s’enlacent, se séparent. Tous les deux au sol, ou Eric debout et Wilson dans son fauteuil reconstitué. La gestuelle prend le pas sur les mots. La chorégraphie parfois drôle est toujours saisissante. L’artiste handicapé et le valide offre un spectacle harmonieux, d’une extrême sensualité.

Photo : Gilles Froger

Une performance qui bouscule l’idée que l’on se fait de la danse. C’est précisément la raison d’exister le la troupe « Danse en l’R ». Briser les tabous, abolir les frontières entre les individus. L’objectif de la compagnie est d’associer des hommes et des femmes quels que soient leurs physiques. La danse intégrante rassemble valides et handicapés, amateurs et professionnels, novices ou expérimentés, pour qu’ils lib

èrent leur potentiel de créativité. « Nous ne voulons donner de leçons à personnes explique Eric, mais démontrer que les handicapés on leur

Photo : Gilles Froger

place partout. Un bon spectacle vaut mieux que de longs discours » affirme-t-il. Il s’agit aussi de montrer que la société à tout à gagner en assurant toute leur place aux personnes en situation de handicap. La démarche artistique est néanmoins militante. Un engagement pour obtenir l’entrée des handicapés dans les conservatoires de danse et leur ouvrir la possibilité d’enseigner. Comme tout un chacun ils ont l’aptitude à apprendre, à développer leur potentiel. « Je dirais qu’ils sont différemment capables » résume Eric. À la suite de leur prestation, les deux danseurs engagent le débat avec le public. À la question : est-ce que la vie est difficile pour un handicapé ? Wilson racontera une anecdote qui en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir. « Le jour où je me suis inscrit pour passer mon permis de conduire, le directeur me demande ma profession. Je lui réponds : danseur. Le directeur me rétorque. Je ne vous demande pas votre loisir, mais votre profession. Je suis danseur professionnel. Oui, mais votre vrai métier ? Alors oui, ce n’est pas facile tous les jours », conclut Wilson  « D’ailleurs, relance Eric en s’adressant aux jeunes présents dans la salle, vous avez pu vous confronter aux obstacles du quotidien dressés devant les personnes handicapées ».

Les adolescents participants aux animations proposées par l’Acceuil Loisirs de la communauté de communes « Coeur de Brenne » ont en effet, été invités le matin à évoluer dans les locaux de la médiathèque d’Azay-le-Ferron, en fauteuil roulant ou les yeux bandés. «  L’objectif était de les sensibiliser aux handicaps. Les jeunes, ont d’autant plus apprécié ce spectacle, et les artistes avec qui ils ont pu discuter en fin de représentation  », explique Pierre Trouvé, responsable de l’Accueil Jeunes.

Caroline, responsable de la Médiathèque se réjouit de la réussite de cette initiative. « Le but est de sensibiliser le public autour d’un projet culture et santé mené conjointement avec le Parc Naturel Régional de la Brenne. La conférence dansée est une partie du programme concernant la danse intégrante. Trois ateliers sont proposés prochainement par la danseuse et chorégraphe Louise Casy de la compagnie « Collectif Mondo ».

 

Compagnie « Danse en l’R ». Photo : Gilles Froger

La compagnie est créée en 1998 sur l’Ile de la Réunion par Eric Languet. Elle propose « à partir de cheminements collectifs, un travail de mise en espace de tableaux vivants charnels et débridés ». De nombreux projets de collaborations ont été menés avec des pays de l’hémisphère sud et de l’Océan Indien (Mozambique, Madagascar, Afrique du Sud, Maurice, Nouvelle Zélande, Inde …)

Eric Languet a étudié an Conservatoire à Rayonnement Régional (CNR) de Rueil-Malmaison. Cette formation classique l’a mené notamment, à l’Opéra de Paris. De nombreuses rencontres influent sur sa carrière et son travail. Parmi les plus déterminantes, il cite celle de David Toole, danseur né sans jambe.

Wilson Payet quant à lui, est issu du monde sportif. Il se distingue dans les compétitions handisport. Il commence la danse à l’Institution d’éducation motrice de Saint-Louis (Réunion).

Philippe Gitton

Étiquettes: